EN QUETE DE SENS

 

D’une cohérence rare, l’œuvre de l’artiste-peintre Anne-Sophie WEÏTE (WAS) interroge le monde tout en l’embrassant pleinement. Une ode à la vie.

 

C’est d’abord de l’énergie que l’on perçoit dans sa voix. Elle résonne, vibre comme un avant-goût de son travail de peintre. WAS célèbre la vie, comme en témoigne ses toiles. Artiste résolument moderne, elle brise les frontières pour capter ce que le monde a de meilleur à proposer.

 

Avec WAS, peu nous importe les qualificatifs qui ne reflètent que bien trop souvent la superficialité des choses. Chez elle, au contraire, il y a comme une démarche qui, de manière subtile mais réelle, finit par toucher à l’essence des êtres. Comme une interrogation infinie où instantanéité et éternité ne s’opposent plus, mais convergent vers un point d’absolue vérité.

 

Ce chemin, WAS le fait souvent en musique. C’est accompagné des notes live d’un piano, en dansant, que l’artiste-peintre trace à l’encre ses « Champs Vibratoires ».

 

« Mes travaux encre sur papier et bois fêtent l’instant présent, explique-t-elle. Le ressenti de la vibration musicale guide mes gestes. La musique et la joie qu’elle communique se font dessin et transmettent l’humeur et l’atmosphère d’un moment unique. »

 

Une invitation au public.

 

A contrario, ses œuvres à l’huile répondent à une autre démarche, davantage fondée sur la question et la recherche de sens. « Elles reflètent les images que suscitent les livres qui m’ont marqué. Il s’agit d’un travail que l’on peut apparenter à une démarche philosophique, à une quête spirituelle. Comment continuer à progresser tout en respectant le vivant qui nous entoure ? Au final, ces toiles sont également l’invitation faite au public à aller chercher pourquoi je les ai peintes. »

 

Dans son atelier, l’Atelier Was 21, Anne Sophie WEÏTE trace, sans relâche, un sillon qui n’appartient qu’à elle. Émotions, ressentis, et réflexions y trouvent un aboutissement à la fois naturel et toujours surprenant : forme et fond se rejoignent pour offrir une réelle et rare cohérence. Le spectateur est littéralement happé par le pouvoir d’évocation de l’œuvre. On en ressort grandi. C’est dit.

 

Laurent BERTIN - Maison & Jardin

© 2018 Atelier WAS 21